Portrait de iskandar
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Doctorante
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Modélisation multi-agents
Équipe de recherche : 
Bureau : 
1319
Adresse : 
Cité des Territoires 14 av. M. Reynoard 38100 GRENOBLE

Onglet(s)

Présentation
Titre de la thèse : 
An integrated seismic risk modelling approach including human behaviour
Directeur.s / Directrice.s : 
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Cécile Cornou, Julie Dugdale
Résumé de la thèse : 

La plupart des scénarios de risques sismiques actuels visent à estimer les pertes économiques et humaines lors d'un tremblement de terre, sans toutefois tenir pleinement compte de la composante humaine (mobilité, comportement, perception). Cependant, grâce à des questionnaires détaillés, des entretiens approfondis, des vidéos en ligne et l'analyse de publications sur les réseaux sociaux, nous avons désormais accès à la façon dont les gens agissent pendant une crise et aux raisons de ces actions (par exemple Beck et al., 2014).

Cette thèse vise ainsi à développer un multimodèle interdisciplinaire du risque sismique, intégrant différents modèles d'aléa, de vulnérabilités physiques et sociales ainsi que l'impact de la perception et des comportements des personnes par rapport au danger et au risque incertains. Plus précisément, cette thèse vise à améliorer la modélisation transdisciplinaire du risque sismique tenant compte à la fois des connaissances limitées et de la difficulté a priori de hiérarchiser ses différents éléments (aléa, vulnérabilité sociale et physique, comportement humain).

Outre les améliorations méthodologiques dans l'évaluation des aléas et de la vulnérabilité à l'échelle locale spatiale (généralement des dizaines à des centaines de mètres), la principale originalité de ce travail est d'appliquer des outils d'intelligence artificielle (à savoir des systèmes multi-agents et de simulation) combinant les facteurs sociaux (comportement humain et la mobilité) et les facteurs physiques (risques liés aux secousses des bâtiments et aux dommages connexes). En intégrant divers éléments (aléa, vulnérabilité sociale et physique, comportement humain), une telle modélisation permettra d'identifier les principaux facteurs de vulnérabilité (physique ou sociale), et les incertitudes associées aux différents niveaux de secousses du sol.

L'objectif final est de développer des outils de gestion des risques opérationnels adaptés aux spécificités des situations locales.