POPSU

Grenoble dans son environnement ou le pari d’une métropole résiliente

Comment améliorer la résilience de la métropole, c'est-à-dire sa capacité à résister aux crises, mais aussi, au-delà, à s’adapter aux mutations contemporaines ?

La métropole grenobloise doit s’inscrire dans un nouveau contexte d’évolution des grands centres urbains, en questionnant son modèle de développement. Son économie comme son environnement restent fragiles et exposés à des risques, qu’il apparaît nécessaire d’identifier et d’anticiper.

Trois hypothèses de travail.

La résilience du modèle grenoblois reposerait sur :

  1. La mutation de son système socio-économique local
    Entre prolongement du modèle technopolitain (path-dependancy) et dynamiques de transition autour de l’entreprenariat social
  2. La reconnexion avec son « histoire-paysage » ou la géographie comme stratégie métropolitaine
    Produire une géohistoire de l’eau et de la pente, arpenter les territoires de la métropole et questionner les projets et stratégies visant à réencastrer la métropole dans ses géographies
  3. L’hospitalité métropolitaine
    Articuler attractivité, hospitalité, bien vivre (attirer, accueillir, retenir). Analyse de la mobilité résidentielle depuis 1980s, les politiques de l’hospitalité, notamment des migrants et demandeurs d'asile, des itinéraires autour de personnes emblématiques

 




Contact : 
Magali Talandier
Participants hors labo : 

Frédéric Bally (GEM) ; Ségolène Cognat (droit) ; Thibault Daudigeos (GEM) ; Nicolas Tixier (UMR AAU cresson)


Partenaires : 

A propos du responsable du projet à Pacte :

Portrait de talandim MAGALI TALANDIER

Économiste de formation, docteur en Urbanisme et Aménagement du Territoire, Magali Talandier est professeure à l’Université Grenoble Alpes, responsable de l’équipe de recherche « Villes et... plus