RECIBIODAL « Réciprocités à la croisée de la ville et de la montagne : paysages des biodiversités et des alimentations » ou Comment territorialiser les questions de biodiversité et d’alimentation ?

Un projet de recherche-action-création autour des responsabilités collectives et des solidarités dans la gestion des effets de la présence des loups en Belledonne, pour une résilience des systèmes agro-pastoraux et des territoires ruraux

RECIBIODAL est co-porté par le Laboratoire Pacte et Espace Belledonne et regroupant des chercheures (laboratoire Pacte à Grenoble, ISARA Lyon, GRESEC), des acteurs du territoire (Espace Belledonne, Fédération des Alpages de l’Isère, Société d'économie alpestre de Savoie) et un artiste (Pierre Witt, photographe).

 

Ce projet s’inscrit dans le prolongement d’une démarche de conciliation entre activités humaines (pastoralisme, chasse, tourisme) et faune sauvage (bouquetins, tétras lyre, loups) portée depuis plusieurs années par Espace Belledonne (association de préfiguration d’un Parc Naturel Régional de Belledonne), en partenariat avec la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère (FDCI), la Fédération des Alpages de l’Isère (FAI), la Société d’Economie Alpestre de la Savoie (SEA) et l’Office Français de la Biodiversité (OFB).

Il vise à (re)penser la dimension sociale des effets de la présence des loups en Belledonne, en la replaçant dans une problématique plus générale de résilience territoriale face à un besoin de transitions agropastorales et alimentaires.

 

D’une part, ce projet questionne la conservation de la biodiversité en mettant en balance les savoirs et expériences de la « nature » des habitants (échelle locale) avec les savoirs et expérimentations scientifiques sur la biodiversité (échelle globale).

---> Comment territorialiser la conservation de la biodiversité en prenant en compte les spécificités territoriales (humaines, animales, géographiques, etc.), les expériences des habitants et des acteurs, et finalement ce(ux) à quoi/à qui l’on tient ?

D’autre part, cette recherche avance une hypothèse pour cette territorialisation : la conservation de la biodiversité doit tenir compte d’autres enjeux fondamentaux pour les territoires, comme l’alimentation (production et consommation) et les paysages (qualité des évolutions).

 

Ce travail est réalisé grâce au soutien financier de l'IDEX UGA (ANR-15-IDEX-02), du Labex ITTEM (ANR-10-LABX-50-01), du Labex OSUG@2020 (Investissements d'avenir - ANR10 LABX56) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » géré par l’Agence Nationale de la Recherche, ainsi que de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes


Responsable du projet à Pacte :

Portrait de mounetc Coralie Mounet

 

Mes activités de recherche portent sur les relations homme / nature et les politiques de la nature à l’épreuve des changements globaux avec pour point d’entrée celui des relations... plus