SERIES

Sociologie des séries télévisées : goûts, dispositifs et modalités de la pratique

Le projet porte sur le goût et la consommation des séries télévisées en France. Il vise, d'une part, à combler l'absence d'enquête quantitative fine et représentative des goûts et des pratiques susceptibles d'exister au sein de la population française et, d'autre part, à appréhender la signification qu'ont acquise les séries dans l'univers des pratiques culturelles à travers des questions qualitatives.

Les séries sont devenues depuis une dizaine d'années l'objet d'un investissement social et culturel que manifestent tout autant l'amateurisme déclaré d'une partie des individus pour ce genre que leur forte présence sur les chaînes TV aux dépens du film. Elles se caractérisent par une série de traits : leur valorisation culturelle, l’investissement passionné de la part de certains, y compris membres des catégories diplômées et supérieures (contrastant ainsi avec le statut de la série il y a trente ans), leurs modalités diversifiées de consommation : domestique, individualisée (ou au contraire partagée) et désynchronisée (ou au contraire articulé au calendrier télévisuel). En vingt ans, les séries ont acquis dans les pratiques une place semblable à celle du film, qui rend pertinente, sinon instante, l'enquête quantitative sur le profil de leurs spectateurs, leurs pratiques et leurs goûts, en permettant d'aller au-delà de l'enquête sur des groupes spécifiques, les jeunes adultes notamment.

Plus largement, le cadre d'analyse du projet est adossé à un modèle attentif à la stratification et à la différenciation sociologique des pratiquants mais aussi à la diversification culturelle des répertoires de goûts. Il s'inscrit dans le contexte de transformation des pratiques culturelles depuis les années 1990 dans la société française qui ont été décrites comme plus éclectiques, moins contraintes, institutionnellement et matériellement, et inscrites dans l'expérience biographique. Les travaux menés en sociologie de la culture concourent à formuler l'hypothèse d'une reconfiguration du goût culturel par des objets nouveaux (en termes de genres, de supports, de discours), dont la série fait partie, des contextes de pratiques diversifiés (en famille, entre amis, au travail, en solitaire…) et des socialisations plurielles (sociale, générationnelle, de pairs…).

Le projet et le questionnaire sont informés par les travaux antérieurs réalisés par les deux porteurs de projet sur "l'attachement", le goût et les modalités de la consommation des séries par leur public d'amateurs. Ils sont appuyés sur leur pratique du traitement statistique des données de pratiques culturelles et médiatiques issues des enquêtes nationales de pratiques culturelles ou de recueil de l'audience (ministère de la Culture et Médiamétrie).

Tout en prolongeant les questionnements des enquêtes pratiques culturelles déjà anciennes ou réalisées dans le cadre d'Elipss (enquêtes PMTI - Pratiques culturelles, Médias et Technologies de l’information), le questionnaire vise à recueillir des données permettant de mener une sociographie du goût sériel et une sociologie des pratiques.


Séries télévisées
Sociologie
goût
pratiques
numérisation


Contact : 
Clément Combes
Responsable scientifique hors labo : 

Hervé Glevarec

Participant.e.s du laboratoire : 

Clément Combes : PACTE

Hervé Glevarec : IRISSO/CNRS

Participants hors labo : 

Hervé Glevarec


Financements du projet : 
DIME-SHS-Quanti