Portrait de godardsi
Affiliation : 
Sciences Po Grenoble
Statut : 
Maître de conférences
Permanent.e
Domaines de recherche : 
histoire de l'Europe
histoire des circulations transnationales
histoire du communisme
histoire économique
histoire sociale des sciences sociales
Équipe de recherche : 
Courriel : 
Bureau : 
149
Adresse : 
1030 rue des Résidences 38400 ST MDH

Onglet(s)

Présentation

Agrégé et docteur en histoire des Universités de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) et de Genève, j’ai soutenu en 2014 une thèse en histoire contemporaine, intitulée « Construire le “bloc” par l’économie. Configuration des territoires et des identités socialistes au Conseil d’Aide Économique Mutuelle (CAEM), 1949-1989 ».

Après avoir été assistant d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève de 2009 à 2015, et professeur d’histoire-géographie en lycée entre 2011 et 2012, j’ai obtenu une bourse de recherche postdoctorale du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique entre 2015 et 2017.

 

Diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Strasbourg (mention « Études européennes »), j’ai participé à divers programmes franco-allemands : programme d'échange d'assistants parlementaires de l'Assemblée Nationale française et du Bundestag allemand en 2005-2006, programme du DAAD de stage en Allemagne pour les professeurs d’histoire-géographie français en 2012.

 

Ma thèse a analysé les réseaux d’acteurs de la coopération économique internationale des États européens socialistes dans le cadre du Conseil d’aide économique mutuelle (CAEM). Mon travail déconstruit la notion de « bloc de l’Est » en interrogeant le champ des relations économiques comme lieu de production d’une identité commune entre les partenaires. Il croise pour cela une étude des évolutions de l’économie internationale socialiste entre 1949 et 1989 avec une analyse transnationale de l’activité des experts délégués au CAEM, dont j’interroge l’évolution des pratiques professionnelles et les voies d'acculturation au contact des institutions internationales de la coopération économique multilatérale dans l’espace européen socialiste. Cette étude s’intéresse aux modes de représentation d’un espace régional et de ses frontières, et à l’idée d’un projet d’Europe alternatif à la construction européenne communautaire après 1945.

 

Mes recherches portent aujourd’hui sur une analyse comparative de la formation des économistes communistes en France et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres, et sur l’étude de leurs relations avec l’espace soviétique. Elles ouvrent une réflexion sur la circulation transnationale d’idées économiques hybrides et alternatives (le socialisme de marché ; la planification économique ; la participation ouvrière à la gestion des entreprises) à l’échelle européenne des années 1930 à la fin de la guerre froide.

 

Mes thématiques de recherche comprennent l’histoire du communisme, la sociohistoire de l’économie, l’histoire de l’Europe, la construction et la circulation des savoirs économiques et l’analyse des réseaux transnationaux.

Titre de la thèse : 
Construire le "bloc" par l'économie. Configuration des territoires et des identités socialistes au Conseil d'Aide Économique Mutuelle (CAEM), 1949-1989
Dates : 
septembre, 2009 - décembre, 2014
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Sandrine Kott, Michel Margairaz
Résumé de la thèse : 

Cette thèse contribue à la connaissance de l’histoire d’une organisation internationale méconnue du système-monde socialiste, le Conseil d’Aide Économique Mutuelle (CAEM), dans une perspective mêlant histoire sociale et étude anthropologique de l’intégration économique européenne. Elle mobilise plusieurs fonds d’archives – du CAEM, de la RDA, de la Stasi et de l’ONU –, et rompt avec les monographies nationales. Au prisme du CAEM, c’est la notion de « bloc » de l’Est qui est interrogée. L’étude examine la place du CAEM dans un espace géopolitique, économique et culturel en construction et en quête de légitimation au cours du second XXème siècle. L’organisation élabore son modèle d’économie internationale socialiste. Limitée à une réflexion théorique, l’action du CAEM présente un intérêt pour ses propres agents. Ceux-ci comptent ainsi parmi les rares individus qui, dans le monde socialiste, développent une acculturation transnationale leur permettant véritablement de considérer le « bloc » comme un espace approprié