Portrait de mekdjias
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Maîtresse de conférences
Enseignante-Chercheuse
Permanent.e
Domaines de recherche : 
Exil
Équipe de recherche : 
Adresse : 
1281 avenue centrale 38400 ST MDH

Onglet(s)

Présentation

Enseignante-chercheure au département de géographie sociale de l'Université Grenoble Alpes et au laboratoire PACTE depuis septembre 2010.

Dans un contexte logistique et néolibéral de politiques migratoires mortifères, je tente d'instituer, à plusieurs, une justice spéculative.

La spéculation ne désigne ni la fiction, ni le symbolique, ni la projection abstraite vers un futur à faire advenir ; spéculer est ici entendu en tant que manière de faire importer dans le présent et depuis l'existant des possibles.

Depuis des collectifs ouverts de co-auteur.e.s, nous cherchons à faire importer des possibles depuis le champ de la justice et du droit, depuis les champs de l’art et des sciences humaines et sociales, afin de conjurer le sort des politiques migratoires et de la violence qu’elles exercent sur nos vies ici et maintenant. Nous partons du droit existant (droit des étrangers, droit d’auteur) et nous travaillons à faire jurisprudence, c’est-à-dire à créer des précédents qui nous permettent d’avoir prise sur ce qui nous arrive collectivement et singulièrement.

Le travail que je mène s'élabore à plusieurs, en interdépendance, et tente de créer des situations où l'égalité des intelligences est revérifiée. Revérifier l'égalité des intelligences consiste, notamment, à créer des scènes de recherches, de créations en coopération et en co-auctorialité.

Je m'interroge sur ce que signifie réfléchir et agir à une justice spéculative depuis l’institution universitaire et ses marges, le statut de chercheure fonctionnaire, et les disciplines instituées comme la géographie. La géographie a longtemps servi, et sert encore, à légitimer les Etats-Nations, à naturaliser les frontières et de nombreux dispositifs de productions légales de clandestinité, en particulier de travail clandestin. 

Je travaille à comprendre et transformer les liens qui existent entre les modalités de constitution de la discipline géographique, les politiques migratoires contemporaines, notamment la figuration cartographique classique de frontières au service de différences anthropologiques (racistes, néocoloniales, naturalisées), utiles à la production et l'exploitation d'une réserve de main d’œuvre clandestinisée.

Dans ce contexte, je m'inspire de nombreux travaux vers une indiscipline. 

A plusieurs, nous sommes les co-auteurs :

Ces relations et expérimentations s'inventent principalement avec Marie Moreau, artiste et réalisatrice, des co-auteurs qui fréquentent l'association Accueil Demandeurs d'Asile (Grenoble), des co-auteurs qui habitent et constituent le collectif du Patio Solidaire (campus universitaire de Saint Martin d'Hères).

Par ailleurs, je suis membre de l'antiAtlas des frontières (http://www.antiatlas.net/).

Lien vers SITE PERSONNEL