Portrait de naulins
Affiliation : 
Sciences Po Grenoble
Statut : 
Maîtresse de conférences
Permanent.e
Domaines de recherche : 
Méthode
Sociologie
Sociologie de l'alimentation
Sociologie économique
Équipe de recherche : 
Courriel : 
Adresse : 
1030 rue des Résidences 38400 ST MDH

Onglet(s)

Présentation

Sidonie Naulin est maîtresse de conférences en sociologie à Sciences Po Grenoble et chercheuse à Pacte.

 

Après un master de sociologie à Sciences Po Paris, elle a soutenu une thèse de sociologie à l’Université Paris Sorbonne (Paris IV) et effectué un post-doctorat au Max Planck Institut for the Study of Societies (MPIfG) à Cologne.

 

Ses recherches s’inscrivent en sociologie économique, sociologie des médias et sociologie de l’alimentation.

 

Son travail de thèse traitait de la fabrication de l’information en matière de gastronomie et d’alimentation (Des mots à la bouche. Le journalisme gastronomique en France, Presses Universitaires de Rennes, 2017). Il s’agissait d’étudier comment se construit un dispositif de médiation marchande et culturelle en s’intéressant au marché des titres de presse, à l’organisation du travail des journalistes et aux carrières de ces derniers.

 

Ses recherches récentes portent sur les transformations du marché du travail et les carrières dans le domaine de la restauration. Elle dirige un projet de recherche sur le rôle de l’événementiel dans la construction des carrières et de la notoriété des individus et des groupes professionnels (projet ANR CaNoÉ) et un autre projet sur les nouvelles formes d’emploi et l’internationalisation du marché du travail des cuisiniers (projet IDEX Matraca). Elle conduit aussi une recherche sur les chefs à domicile recourant à des plateformes web pour trouver des clients dans le cadre d’un projet sur le capitalisme de plateformes (projet ANR CAPLA, dirigé par S. Abdelnour). Enfin, elle co-anime avec A. Jourdain un groupe de travail sur la marchandisation du hors-travail (projet ISRF/MSH Paris-Nord « The Marketization of Everyday Life »).

Titre de la thèse : 
Le journalisme gastronomique, sociologie d'un dispositif de médiation marchande
Dates : 
septembre, 2008 - décembre, 2012
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Philippe Steiner
Résumé de la thèse : 

La gastronomie peut être considérée comme une attention portée à la dimension esthétique de l’alimentation. Les biens gastronomiques sont donc des biens symboliques dont l’échange sur le marché passe par l’existence de dispositifs de valorisation particuliers. En tant qu’il contribue à orienter les consommateurs sur un marché opaque et à leur indiquer le « bon » produit ou la « bonne » manière de cuisiner, le journalisme gastronomique constitue un dispositif de médiation marchande. À partir notamment d’entretiens, d’observations, d’une enquête quantitative et de statistiques textuelles, cette thèse s’attache à rendre compte de la manière dont se construit un tel dispositif. Dans une perspective diachronique, les premiers chapitres sont consacrés à l’émergence du dispositif au XIXe siècle et à sa construction à l’articulation de différents espaces sociaux (gastronomique, amateur et journalistique). Il apparaît qu’à la fin du XXe siècle, un marché de la presse gastronomique se met en place qui rend le point de vue des titres dépendant de leur positionnement dans la concurrence et de leur modèle économique. Ce sont ensuite les acteurs individuels de la fabrication de l’information journalistique qui sont étudiés. L’analyse des parcours et des compétences des journalistes ainsi que de leurs concurrents potentiels que sont les blogueurs culinaires met en évidence différentes formes d’écriture gastronomique et les types de confiance qui en découlent. Enfin, l’étude du travail concret des journalistes permet de rendre compte de la similitude des contenus médiatiques et l’analyse du parcours de journalistes renommés autorise à saisir leurs modes de différenciation professionnelle.