Anastasia Magat

Doctorante en sociologie
Portrait de magata
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Doctorante
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Quartiers populaires
Réseaux sociaux
Social media
Sociologie des médias
Équipe de recherche : 

Onglet(s)

Présentation
Titre de la thèse : 
La participation des habitants des quartiers sensibles dans la production et la réception de l’image de leur territoire sur les réseaux sociaux
Directeur.s / Directrice.s : 
Résumé de la thèse : 

Mon projet doctoral porte sur la visibilité médiatique des quartiers sensibles sur les réseaux sociaux et son processus de construction. Il ambitionne d’analyser comment se fabrique le cadrage médiatique, c’est-à-dire « la mise en scène du réel », en mettant au jour les interactions à l’œuvre et la perception qu’ont les habitants sur les réseaux sociaux en les plaçant au centre de l’analyse. La thèse se concentrera sur la participation et la réception au cadrage médiatique des habitants, qui avec les réseaux sociaux ont accès à de nouveaux espaces d’expression publique.

À l’heure où l’utilisation et l’influence des réseaux sociaux croissent, se joue une question démocratique pour les classes populaires : celle de sa représentation et sa stigmatisation (qui alimentent des paniques morales). Or, la littérature sur la médiatisation des quartiers sensibles s’est jusque-là concentrée sur les médias traditionnels et les acteurs institutionnels, politiques ou journalistiques, occultant de nouvelles pratiques d’information comme les réseaux sociaux et des acteurs « ordinaires », profanes de l’expression publique.

Dans le cadre de cette thèse, je m’intéresse à la production de nouveaux cadres à leurs conditions d’émergence et leur fonctionnement, pour cela je vais d’abord les décrire et identifier les acteurs, afin de mener une analyse de réseaux. Je m’attacherai également à expliquer le rôle et l’action de certains acteurs leaders d’opinion sur les réseaux sociaux, notamment des phénomènes d’intermédiarité consistant à connecter des sous-réseaux entre eux et qui ont pour conséquence de faire augmenter la visibilité médiatique et créer des pics médiatiques, et hors-numérique. En outre, j’étudierais la réception du cadre médiatique à travers les pratiques médiatiques et l’appropriation des habitants tout en observant l’impact de la fracture numérique et si les habitants développent des résistances ou une attention oblique.

La particularité de cette thèse est d’articuler plusieurs méthodologies quantitatives et qualitatives, puisqu’elle mêle des données issues des réseaux sociaux, qui relèvent du « big data », et des données qualitatives issues d’entretiens.  Le matériau de recherche des réseaux sociaux est riche car il mélange des données de contenu, des images, de biographies sur les utilisateurs et des données sur les interactions entre les utilisateurs, avec les tweets, retweets ou follows.