Portrait de souchico
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Doctorant
Non permanent.e
Équipe de recherche : 
Téléphone : 
0476820000
Bureau : 
open space doctorants
Adresse : 
1030, avenue centrale 38400 Saint Martin d'Hères

Onglet(s)

Présentation

Ma thèse en science politique s’articule autour d’une problématique jusqu’ici abordée en ordre dispersé : la gouvernementalité temporelle de la société française. En faisant dialoguer un terrain local centré sur la ville de Grenoble, le département de l’Isère et l’ancienne province du Dauphiné, avec des sources écrites, archivistiques et journalistiques au niveau national, ce travail vise à comprendre l’émergence de rationalités politiques de gouvernement de la population par le temps, leurs évolutions et leurs hybridations contemporaines. Il analyse pour ce faire les formes prises sur la longue durée par les régulations temporelles du social – les chronopolitiques –, de l’instauration des premières horloges publiques à partir du XIIIe siècle à la flexibilisation du temps de travail dans le dernier quart du XXe siècle, en passant par la discipline temporelle et la standardisation horaire au XIXe siècle. Il s'agit d'étudier les conditions socio-culturelles et techniques qui rendent possibles ces régulations, d’identifier leurs acteurs, les activités et publics visés, et d’apprécier les résistances que leurs mises en œuvre peuvent susciter. Trois rationalités temporelles principales peuvent alors être distinguées, fondées sur le rythme, l’économie ou la synchronisation. Enchevêtrées, continuellement recomposées, parfois en contradiction les unes avec les autres, ces trois rationalités animent aujourd’hui la pensée et la pratique de celles et ceux qui participent de la gouvernementalité temporelle de notre société en agissant sur les temps sociaux et les habitus temporels des individus. La thèse est sous la double direction de Martine Kaluszynski et Jérôme Lamy.